“Il n’y a qu’une seule personne qui peut réussir ça : Bill Clinton”

Bill Clinton est un orateur doué, ce que même ses plus farouches opposants reconnaissent. Il y a 4 ans, il était intervenu pour assurer un second mandat à Barack Obama, qui était alors en difficulté. Ce mardi soir, il a recommencé, cette fois pour sa femme Hillary. Grâce à son talent oratoire, Clinton a réussi à convaincre son audience (et les millions de téléspectateurs). Les commentateurs sont unanimes, à quelques exceptions près.

« Seul un brillant orateur peut écrire une lettre d’amour à une femme qu’il a réussi à déshonorer de la manière la plus humiliante”, écrit Matthew Cooper sur Newsweek. “Il n’y a qu’une seule personne qui pouvait réussir : Bill Clinton. Et c’est exactement ce qu’il a fait ».
“Hillary Clinton a un problème de communication”, écrit Jack Graham de CapX. “Elle écoute mieux qu’elle ne parle, ce qui contribue à expliquer pourquoi sa popularité au gouvernement est bien supérieure à celle qu’elle a quand elle est candidate pour la présidence. […] Cependant, c’est peut-être son mari Bill, qui détient la clé.Dans un discours magistral mardi soir [à la convention démocrate de Philadelphie] […], l’ex-président a montré son pouvoir de persuasion. […]Il y a seulement une poignée de personnalités dans l’histoire politique moderne qui sont capables de capter l’attention d’une audience pendant 40 minutes. Le public, à la fois de son auditoire, et les millions de téléspectateurs chez eux, était pendu aux lèvres de Bill Clinton. C’est un talent que le président Barack Obama a utilisé pour capturer l’imagination de toute une nation, et que Donald Trump ne contrôle pas de la même manière : son talent réside dans des déclarations controversées, mais – comme l’a noté Michelle Obama – les questions importantes ne peuvent pas être résumées en 140 caractères.[…] Si Bill avait un message à donner à l’assistance, c’était de gommer la “bande dessinée” d’Hillary Clinton qui a été créée par ses adversaires. […]. Bill a dit qu’il fallait la voir, non pas comme une bande dessinée, mais comme une véritable “initiatrice de changement”, et qu’elle posait un problème pour ceux qui font campagne sous le slogan que “le gouvernement est toujours mauvais”.

Conscient de la réputation d’adepte du statut quo de son épouse, Bill a mis la capacité d’Hillary de mener à bien des changements au coeur de son discours : maintes et maintes fois, il a répété : “elle a été la meilleure initiatrice de changement que j’ai rencontré de toute ma vie”.

En dépit des lacunes bien connues de leur relation, Bill jouit toujours d’une énorme popularité : même après avoir été mis en accusation, il a quitté la Maison Blanche avec un taux d’approbation de 66%.

Si la campagne peut miser sur la force de ce grand communicateur, les électeurs indépendants réfléchiront peut-être à deux fois au sujet de la “bande dessinée” qu’on leur a présenté, et une bonne auditrice entrera à la Maison Blanche.”