Bientôt la fin de la Belgique? Plus de la moitié des Belges pensent que l’unité du pays ne pourra être préservée

En ces temps troublés politiquement, un sondage effectué par l’institut Dedicated pour Soir mag, qui le publie ce mercredi, nous éclaire quelque peu sur le ressenti des Belges par rapport à l’avenir du pays.

Ainsi, 56% des personnes sondées par Dedicated estiment qu’il ne sera pas possible de préserver un pays uni dans le futur. Un sentiment qui domine surtout en Wallonie (58%) et en Flandre (56%), un peu moins à Bruxelles (46 %).

Plus inquiétant encore, près d’un quart des Belges seraient même en faveur d’une scission pure et simple du pays (24%), une proportion inédite.

La majorité est loin pour les séparatistes

Toutefois ces velléités séparatistes sont loin de séduire une majorité de la population, et ce dans les trois Régions du pays: 28% des Flamands y seraient favorables, 18% des Wallons et 17% des Bruxellois.

Par ailleurs, un Belge sur deux (48%) se dit favorable au statu quo en matière de répartition des compétences entre fédéral et Régions, pour 38% contre et 14% sans avis. À noter que les Wallons (62%) et les Bruxellois (60%) font fortement pencher la balance du côté du statu quo puisque les Flamands ne sont que 38% à le souhaiter.

A contrario, 45 % opteraient pour un confédéralisme renforcé (50% des Flamands sont d’accord, 38% des Wallons et 34% des Bruxellois également).

S’il fallait voter demain…

Au niveau politique, le sondage dévoile que la population tient principalement pour responsable du blocage politique actuel la N-VA de Bart De Wever (31%), loin devant le PS (10%) et le MR (9%).

Quant aux intentions de vote s’il fallait retourner aux urnes demain, le Vlaams Belang arriverait en tête en Flandre, avec 27%, suivi de la N-VA, à 23,3%.

En Wallonie, le PS totaliserait 26,4% des votes, un rien devant le MR (24%). Le PTB deviendrait la troisième force politique avec 15,3%, et Ecolo 4e (15,2%).

Le sondage de Dedicated a été mené sur un échantillon de 1.303 électeurs, entre le 28 août et le 2 septembre. Il est à souligner que sa marge d’erreur est particulièrement élevée: 5% en Wallonie, 4% en Flandre.

Lire aussi: