Barcelone ne veut plus des grands groupes de touristes dans le centre-ville

À partir du début du mois de mars de l’année prochaine, les guides touristiques de Barcelone ne pourront travailler qu’avec des groupes de touristes ne comptant pas plus de 20 personnes au total. C’est ce qu’a annoncé le conseil municipal de la métropole catalane. Cette mesure vise spécifiquement à limiter les effets néfastes du tourisme sur la vie quotidienne des habitants de la Ciutat Vella, le centre historique de Barcelone.

Le nouveau règlement est une mise à jour du règlement initial, qui stipulait que les groupes de visiteurs à Barcelone pouvaient compter un maximum de 30 personnes, mais devaient être réduits à 15 personnes seulement dans certaines zones.

Compte tenu des complications auxquelles les voyagistes seraient confrontés pour organiser la logistique de ce double système, le conseil municipal a décidé de modifier la règle et de publier une mesure qui s’appliquerait à tous les groupes.

Balance

Le gouvernement de la ville a également annoncé que la nouvelle mesure serait introduite pour une période d’essai de six mois. Après tout, une telle mesure n’a jamais été imposée auparavant et les autorités locales veulent vérifier si l’intervention produira les résultats escomptés. A partir d’octobre prochain, un nouveau décret entrera en vigueur pour une durée indéterminée.

« Nous communiquons aux guides touristiques officiels la manière dont ils doivent opérer pour respecter nos rues et nos places », a déclaré Jordi Rabassa, conseiller municipal du centre historique de Barcelone, dans un commentaire sur la mesure.

« L’idée du conseil municipal est de maintenir un équilibre entre l’industrie du tourisme et la vie économique et sociale des quartiers locaux. » Les violations du nouveau décret seraient sanctionnées par des amendes allant de 1.500 euros à 3.000 euros.

Le nouveau décret stipule également que les guides seront autorisés à passer moins de temps à donner des explications sur les monuments, ce qui permettra d’éviter la formation de grandes foules sur ces sites.

La vieille ville de Barcelone est constituée d’un réseau de rues étroites et de petites places, ce qui peut rendre les grands groupes de visiteurs très gênants. Pour ces raisons, il est également stipulé qu’il sera précisé combien de groupes pourront être présents à certains endroits en même temps.

La Placa de la Barceloneta, par exemple, ne serait autorisée à accueillir qu’un seul groupe à la fois.

Guides audio

Une fois la nouvelle législation officiellement mise en place, les guides touristiques devront également s’engager à utiliser des audioguides dans leurs visites. La manipulation de haut-parleurs sera interdite. Ces mesures devraient permettre de réduire les nuisances sonores sur les sites touristiques.

En revanche, l’introduction d’un sens unique obligatoire pour les groupes de touristes, qui avait également été envisagée au départ, serait finalement exclue de la réglementation finale, selon certaines sources.

Barcelone accueille actuellement plus de huit millions de visiteurs par an. Le tourisme dans la métropole catalane atteint à nouveau 85 % du niveau enregistré avant la pandémie et génère plus de 2 milliards d’euros de recettes annuelles pour la vaste région entourant Barcelone.

Mais ce renouveau a également ramené à la surface certains vieux problèmes. Dans certains quartiers, les habitants se plaignent que l’immobilier est devenu inabordable. L’achat d’un bien est impossible pour la plupart des résidents et les loyers ne sont également plus envisageables pour une grande partie de la population locale.

Un doigt accusateur est pointé sur le tourisme et les locations privées pour les courts séjours, qui sont également liés au bruit et à la pollution des rues. De nombreux habitants de Barcelone se sentent ainsi contraints de déménager. 

« Barcelone a néanmoins été la première ville à réglementer les plateformes de courts séjours comme AirBnB », défend Javier Marce, conseiller municipal chargé du tourisme et des industries créatives de la ville catalane, pour défendre la politique urbaine. « On ne peut plus construire de nouveaux hôtels à Barcelone non plus. En outre, aucune nouvelle licence pour les appartements touristiques n’a été délivrée au cours des huit dernières années. »

« En outre, 20.000 inspections d’appartements ont été effectuées. Celles-ci ont donné lieu à plus de 2.500 sanctions. La ville compte environ cinq cents appartements touristiques illégaux actifs, mais par rapport à d’autres grands sites touristiques dans le monde, ce chiffre maintient le problème à Barcelone à un niveau relativement faible. »

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20