Baisse du prix des matières premières en Chine: moins de coûts pour les uns, moins de revenus pour les autres

Le Bureau national des statistiques a publié lundi les chiffres sur les profits des industries chinoises au mois de novembre. Des mesures décidées au niveau politique ont pu faire baisser les prix dans certains secteurs, mais ont en même temps fait baisser les revenus des secteurs de l’extraction des matières premières. Avec la crise de l’immobilier, la demande de matériel de construction est à la baisse.

Plus 24,6% d’octobre 2020 à octobre 2021. Mais au mois de novembre, les revenus des industries chinoises n’ont augmenté que de 9% (par rapport à novembre de l’année précédente). Ils s’établissent à 805.96 milliards de yuans (112 milliards d’euros), note le Bureau des statistiques, cité par Reuters et CNN.

Depuis janvier, les profits ont augmenté de 38%, pour s’établir à 7.98 billions de yuans (1,1 billions d’euros). Sur les dix premiers mois de l’année, ils avaient fait une plus forte progression, de 42,2%.

Manque à gagner pour le secteur minier…

Selon un statisticien du Bureau, Zhu Hong, la baisse vient d’une décision de l’Etat qui visait à contenir l’envolée des prix des matières premières. Effectivement, certains secteurs étaient alors un peu moins exposés à la hausse des prix, mais d’un autre côté, les revenus des industries minières ou autres industries d’extraction de matières premières (produits visés par les mesures) ont baissé.

« Mais les entreprises sont toujours confrontées à une forte pression sur les coûts, et l’amélioration des bénéfices des secteurs en aval doit encore être consolidée », explique-t-il encore, dans la publication du Bureau.

…mais légère baisse de l’inflation

Ces mesures ont donc permis de légèrement réduire l’inflation galopante, sur le mois de novembre, pour ces industries. Les pénuries d’électricité, souvent pointées comme une épine dans le pied de l’économie chinoise, ont aussi diminué sur le mois de novembre, ce qui a permis de faire baisser les prix également. Cette hausse des coûts avait un effet négatif sur toute l’économie chinoise.

Moins de commandes en matériel de construction

A côté de l’inflation et des soucis d’approvisionnement en énergie, les défis de la crise de l’immobilier, les bottlenecks des chaines d’approvisionnement, et les confinements stricts au moindre cluster de covid détecté font également trainer des pieds la croissance chinois. Malgré un démarrage en trombe après la première vague de la pandémie, la croissance perd aujourd’hui un peu de son souffle.

Tout est lié : qui dit crise de l’immobilier, dit aussi moins de commandes de structures en métal, de ciment, de verre pour les chantiers, ou encore d’électro-ménager pour les nouveaux foyers.

A l’heure de passer à une nouvelle année, il est temps de faire ses résolutions. Lors d’un meeting important, les dirigeants du parti communiste ont fixé le mot pour l’économie en 2022 : la stabilité.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20