Attention aux phobiques : record battu pour le plus gros arthropode à avoir foulé notre planète

Ce n’est plus qu’une empreinte dans la pierre, mais l’image qu’elle renvoie reste terrifiante : un mille-pattes de la taille d’une voiture et de plusieurs dizaines de kilos. Et qui n’est pas issu du cerveau d’un autour de science-fiction horrifique.

Jusqu’à quelle taille peut grandir un arthropode ? Dur de répondre simplement à cette question, tant cet embranchement du règne animal est vaste : il regroupe les êtres au corps segmenté et recouvert d’un exosquelette, généralement en chitine : les insectes, les arachnides, mais aussi les crustacés ou les myriapodes. Et comme ils sont présents sur notre planète depuis environ 543 millions d’années, ils ont eu le temps de se diversifier.

On estime généralement que plus les taux d’humidité et d’oxygène sont élevés dans l’air, plus ces espèces articulées peuvent grossir : elles sont en général plus imposantes dans les régions tropicales que sous nos latitudes, et franchement on ne va pas s’en plaindre. On reste encore nombreux à hurler dès qu’une araignée est un tant soit peu imposante.

Scorpions géants et mille-pattes titanesque

Cette découverte paléontologique qui nous vient du nord de l’Angleterre tient donc des pires cauchemars de beaucoup de personnes, et nul besoin d’être un brin phobique pour se sentir très mal à l’aise. Car, imprimés dans la pierre, ce sont les restes d’un immense mille-pattes qui se révèlent : environ 2,7 mètres de long pour un poids estimé à 50 kg. C’est littéralement le plus gros arthropode connu à avoir jamais foulé cette Terre. Un véritable titan qui éclipse les monstres articulés les plus terrifiants qui défiaient déjà notre imagination, comme les scorpions marins de 2,5 mètres qui peuplaient ce qui sont de nos jours les côtes d’Australie. Ce monstrueux mille-pattes vivait au carbonifère, il y a 326 millions d’années. De quoi relativiser l’aspect hors norme qu’on associe facilement aux époques des dinosaures, bien plus tardives.

Trois fossiles seulement

Une découverte terrifiante qui tient aussi du fameux coup de chance pour les scientifiques, car ce fossile a été trouvé dans un rocher tombé d’une falaise, précise le professeur Neil Davies: « La façon dont le rocher est tombé, s’est fissuré et a parfaitement exposé le fossile, puis un de nos anciens étudiants l’a repéré en passant par là. »

Il est rare de trouver ces fossiles de mille-pattes géants, car leurs corps ont tendance à se désagréger après la mort. Le chercheur pense donc que le fossile est une partie de l’exosquelette du mille-pattes qui s’est détachée au cours de sa croissance. C’est le troisième fossile seulement de mille-pattes géant qu’on a retrouvé. Et il est encore plus rare que le fossile ait été trouvé dans du grès, qui « n’est normalement pas brillant pour la préservation des fossiles. Donc le fait qu’il ait été préservé est surprenant. Mais cela suggère simplement qu’en fait il pourrait y avoir beaucoup plus de choses similaires dans des endroits où les gens n’ont pas vraiment cherché de fossiles auparavant. »

Un fossile exceptionnel pour un animal terrifiant. Copyright : Neil Daves.

Un gigantisme inexpliqué

Plus surprenant encore, ce terrible mille-pattes ne correspond pas à l’époque et au lieu où l’on s’attend à trouver des arthropodes géants. Ce spécimen de la famille des Arthropleura vivait apparemment dans un milieu forestier, alors que ses cousins, pensait-on, préféraient plutôt les marais. En outre, il semble que sa taille hors norme ne puisse pas être attribuée à un pic des niveaux d’oxygène atmosphérique, comme on le pensait auparavant, car la roche dans laquelle le fossile a été trouvé est en fait antérieure à ce pic.

« L’oxygène ne décolle vraiment qu’après l’évolution de ces choses, et il ne culmine vraiment qu’après leur disparition apparente », selon Davies. « Ils ne correspondent pas tout à fait. » Le scientifique avance donc que, si Arthropleura a pu évoluer jusqu’à devenir aussi énorme, c’est seulement parce qu’il vivait dans un écosystème riche en nutriments : une végétation abondante, des noix, des graines et sans doute d’autres créatures pour lui servir de proies. Avec un simple fragment de roche, on ouvre une fenêtre sur une Terre plus jeune, peuplée de créatures qui nous paraitraient impossibles de nos jours. Une Terre véritablement cauchemardesque.

Le monstre apparait dans le documentaire de la BBC Walking with Monsters.
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20