Il y a maintenant également un contrôleur aérien pour les drones

La startup californienne Airmap vient de lever 26 millions de dollars auprès de Microsoft Ventures pour développer sa plate-forme de gestion de l’espace aérien. Les drones civils sont en effet de plus en plus répandus, et plusieurs entreprises développent des projets de voitures volantes.

Le programme d’Airmap remplira en quelque sorte la même fonction que les contrôleurs aériens pour les aéroports. Cependant, avec presque 100 000 vols de drones par jour, gérer les vols de drones civils ne peut se faire manuellement.
Comme les drones sont de plus en plus autonomes, l’ambition du système Airmap est de fournir des données de déplacement en temps réel afin d’éviter les collisions avec les avions, d’être informé sur le mauvais temps ou les restrictions de vol temporaires.
La société travaille également avec les législateurs pour faire appliquer des lois de circulation de l’espace aérien, afin d’éviter que les usagers ne se retrouvent à terme confrontés aux mêmes problèmes d’embouteillages que sur les routes.

Une association avec 850 aéroports

Airmap s’est également récemment associé à 850 aéroports aux Etats-Unis pour permettre aux drones de d’échanger des informations avec les contrôleurs aériens, et va ouvrir un nouveau bureau au Ames Research Center de la NASA en Californie.
En développant ce programme, Airmap aura aussi une belle occasion de travailler avec les compagnies qui développent l’utilisation des drones, pour proposer par exemple des services de livraison, et qui pourraient grandement bénéficier d’un outil qui permet de déterminer l’itinéraire le plus rapide et sûr pour se rendre à destination.
Plus
Lire plus...
Marchés