3 conseils pour apprendre à se concentrer

Beaucoup d’entre nous sont fiers de leur capacité à faire plusieurs choses à la fois, et c’est ainsi que l’on peut observer les gens en réunion envoyer des textos, regarder sur leur écran ou lire des documents tandis que quelqu’un s’exprime. Ce multitâche semble utile pour accomplir plus de choses dans un certain délai, mais c’est un leurre, affirment Paul Hammerness et Margaret Moore dans la Harvard Business Review, car, en réalité, les tâches que nous avons ainsi exécutées comportent plus de fautes, sont moins précises, nous sommes moins susceptibles de mémoriser les informations et nous risquons d’en rater les détails les plus importants. En bref, ce n’est pas une bonne chose. Réorganiser notre esprit et celui de notre équipe pour réapprendre à nous concentrer peut fournir des retours considérables tout au long de l’année. Les deux auteurs proposent donc leurs conseils pour améliorer notre concentration :

Disciplinez votre frénésie

La frénésie survient lorsque notre émotion échappe à notre contrôle. Sa cause profonde peut être l’anxiété, le stress, la tristesse, la colère, et les émotions qui y sont associées. C’est l’amygdale, dans notre cerveau, qui gère les émotions, et elle répond à toute émotion négative de façon puissante. Cependant, les émotions positives produisent le contraire : elles améliorent notre capacité à penser de façon stratégique et créative.

Au niveau individuel, il faut essayer de contrebalancer les émotions négatives qui surviennent au cours de la journée pour discipliner la frénésie négative qu’elles produisent. Pour ce faire, on peut avoir recours à la méditation, à l’exercice, et il faut bien dormir. Il est aussi important de repérer ce qui tend à déclencher les émotions négatives (les habitudes d’un collègue, par exemple) pour apprendre à les contrôler, en les relativisant (votre agacement est peut-être exagéré), en respirant calmement et en libérant votre irritation.

Au niveau collectif, il faut essayer de commencer les réunions par de l’humour. Les émotions positives qu’il déclenche permettront d’améliorer les fonctions cérébrales des participants, qui apporteront de meilleures contributions.

Mettez un frein à la dispersion

Votre cerveau analyse constamment votre environnement, et il y a toujours des distractions (sons, interruptions…)

Au niveau individuel, vous devez vous souvenir d’une méthode en 3 temps pour éviter la dispersion : 1) quelles sont vos options ? vous avez le choix entre arrêter ce que vous étiez en train de faire pour vous focaliser sur autre chose, ou poursuivre votre activité. 2) respirez profondément et considérer ces deux possibilités de choix. 3) Choisissez en connaissance de cause.

Au niveau collectif, essayez mettre en place des réunions durant desquelles les sources de distraction sont proscrites : ordinateurs portables, GSM, tablettes…) et où chacun peut participer.

Sachez passer à autre chose

Nous ne nous en rendons pas forcément compte, mais lorsque nous passons à autre chose, notre cerveau continue de rester focalisé sur la tâche précédente. Il faut donc apprendre à réaliser la coupure pour libérer tout l’espace cérébral disponible.

Au niveau individuel, avant de vous consacrer à une nouvelle tâche, vous devez effectuer une transition pour passer la concentration de votre ancienne tâche sur votre corps. Vous pouvez effectuer cette transition en allant vous promener, en montant des escaliers, en faisant de l’exercice, ou en respirant profondément. Parfois, de nouvelles idées peuvent surgir pendant cette pause physique.

Au niveau collectif, vous pouvez programmer une pause de 5 minutes pour chaque heure de réunion, et encourager vos collaborateurs à exécuter une activité physique, plutôt que de consulter leurs emails. 

Plus
François Normand
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20