17 faits scientifiques peu connus au sujet du pardon

Lorsqu’il s’agit de personnalités publiques, le cycle offense-excuse est un rituel fait de règles. Nombreuses sont les figures publiques, hommes politiques, artistes et célébrités, qui s’excusent et sont pardonnées par l’opinion après des propos mal placés ou des actes malvenus.

Science of Us a réuni 17 faits scientifiques tirés des sciences sociales au sujet du théâtre du pardon.

1. Etonnamment, la littérature scientifique relative au pardon ne date que de 1989. Certains chercheurs suggèrent que de nos jours, nous observons davantage de personnalités publiques qui en viennent à présenter leurs excuses car nous sommes plus conscients de l’importance de la réconciliation.

2. Les chats ne pardonnent jamais. Les scientifiques ont observé le comportement de réconciliation chez de nombreuses espèces animales, principalement les bonobos, les gorilles de montagne et les chimpanzés. Ces animaux se retrouvent souvent dans des situations conflictuelles découlant de comportements amicaux comme les étreintes ou les baisers. Les scientifiques ont également étudié des comportements similaires chez des non-primates comme les chèvres ou les hyènes. Jusqu’à présent, la seule espèce qui n’a montré aucun signe extérieur de volonté de réconciliation est le chat domestique.

3. Les hommes ont moins tendance à pardonner des personnages publics que des êtres aimés. Selon le sociologue Everett Worthington, lors du processus personnel de pardon, le ressentiment qui vous envahit nous pèse davantage et nous pousse à nous réconcilier véritablement.

4. Nous sommes moins capables de juger de la véracité des excuses de personnalités publiques. Lors d’une situation conflictuelle avec un être cher qui a abusé de notre confiance, nous pouvons plus facilement évaluer la sincérité de leur repentir. Lorsqu’il s’agit d’une célébrité ou d’un politicien, c’est beaucoup moins évident, explique Worthington.

5. Aucune offense n’est impardonnable. « Je n’ai jamais vu une injustice particulière pour laquelle au moins une personne n’ait été capable de pardonner celui ou celle qui l’avait commise », indique Robert Enright, psychologue pionnier dans l’étude du pardon. Selon ce dernier, il serait plus précis de dire qu’il existe des personnes moins enclines à l’indulgence.

6. La trahison fonctionne différemment. Selon une étude de 2010, la réponse la plus commune à une offense non pardonnée est la trahison qu’il s’agisse du monde des affaires, de tromperie amoureuse, de promesses non tenues ou de secrets rompus.

7. Il existe divers types de pardon. Le pardon décisionnel consiste en un processus externe. Il s’agit d’un changement de comportement envers une personne qui vous a fait du tort et ce, même si du ressentiment persiste pour cette même personne. Le pardon émotionnel est une modification comportementale interne envers une personne : le ressentiment fait place à des sentiments positifs tels que l’empathie, la sympathie, la compassion et même l’amour. Il s’agit de la nature réelle du pardon, l’autre type de pardon relève davantage de la comédie.

8. Les jeunes enfants ont plus facile à pardonner. Selon une étude, contrairement à des enfants de 10 et 11 ans, des jeunes enfants de 7 et 8 ans n’ont pas besoin d’excuses pour pardonner. Ils ont tendance à juger les infracteurs ayant présenté des excuses et ceux ne l’ayant pas fait de la même manière.

9. En outre, les jeunes enfants apprennent tôt la notion du pardon. Selon une autre étude menée dans les années 90, des enfants de 2 ou 3 ans ont appris à s’excuser lors de situations où ils croyaient avoir endommagé un objet précieux.

10. La rancune est un fardeau. Des chercheurs de l’Erasmus University ont demandé à des personnes de relater un évènement durant lequel elles avaient été rancunières. Un autre groupe de participants a dû écrire au sujet d’un évènement durant lequel ils avaient accordé leur pardon. Par la suite, on a demandé aux deux groupes de participants de sauter le plus haut possible sans plier les genoux et de répéter ce mouvement cinq fois. Il est apparu que le groupe du pardon a sauté en moyenne à 30 cm de hauteur tandis que le groupe de la rancune, à 21,5 cm de hauteur en moyenne. Une énorme différence qui illustre parfaitement la manière dont le pardon peut vous alléger, expliquent les chercheurs.

11. Les extravertis ont davantage besoin du pardon. Le type de personnalité influence la facilité avec laquelle la personne sera capable de pardonner. Ainsi, les personnes très extraverties sont beaucoup plus proactives dans la recherche du pardon et ont davantage de facilité à pardonner. Les introvertis, quant à eux, accordent davantage d’importance à se pardonner eux-mêmes plutôt qu’à rechercher le pardon des personnes qu’ils ont offensées.

12. Si vous voulez avoir un cœur en bonne santé, soyez indulgent. Selon la science, lorsque les personnes ressentent de la rancune, leur rythme cardiaque et leur pression est davantage susceptible d’augmenter. Par contre, le pardon est synonyme de meilleure santé cardiaque. Votre sommeil sera également de meilleure qualité lorsque vous pardonnez. Cependant, vous ne pourrez pas feindre. Les chercheurs estiment que les bénéfices du pardon pour la santé sont directement associés au pardon émotionnel et non, au pardon décisionnel.

13. Parfois, le pardon peut se retourner contre vous. Des couples qui se sont déclarés plus indulgents ont eu tendance à être davantage victimes d’agressions physiques ou psychologiques au cours des quatre premières années de mariage. Les scientifiques pensent que, dans certains cas, le pardon peut être un frein aux changements de comportements néfastes des personnes qui offensent.

14. Ne sous-estimez pas la puissance des mots comme « Je suis désolé ». L’économiste comportemental Dan Ariely a démontré qu’une excuse prononcée à plusieurs reprises finira par vous accorder le pardon d’autrui et ce, même si vous ne le pensez pas et si la personne lésée sait que vous n’y croyez pas.

15. Le modèle parfait du pardon comporte 20 étapes. Selon Enright, ces 20 étapes peuvent se résumer à 5 phases : (1) la reconnaissance du mauvais traitement, (2) la réponse colérique, (3) comprendre que la personne qui vous a blessé ne se définit pas uniquement selon le prisme de l’infraction, (4) comprendre que la douleur ne se dissipe jamais complètement, (5) le fait de trouver un sens à votre souffrance, en aidant peut-être les autres.

16. D’un point de vue général, les personnes religieuses sont plus indulgentes que les personnes non religieuses. Cela semble évident. En effet, la plupart des religions enseignent le pardon, explique Worthington. Une étude de 2013 a montré que les personnes qui se considèrent spirituelles sont plus susceptibles de s’auto-pardonner que les personnes religieuses. Cependant, le pardon fonctionne de la même façon qu’il s’agisse d’un contexte religieux ou laïque. Il s’agit du même processus dans les deux cas.

17. Les Amish sont très (peut-être trop) indulgents. Il y a peu près dix ans, après une fusillade dans une école Amish, l’opinion a été surpris de voir cette communauté anabaptiste offrir son pardon immédiat. Le sociologue Donald B. Kraybill explique dès leur plus jeune âge, les Amish s’exercent au pardon dans le cadre familial. Par conséquent, ils avaient été préparés pendant toute leur existence à pardonner cette injustice et tragédie.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20