10 choses à ne jamais dire à un employé que l’on licencie

Il est toujours difficile de licencier quelqu’un, mais l’employeur (ou le responsable des ressources humaines) doit toujours se souvenir que si c’est quelque chose de difficile pour lui, cela l’est encore plus pour l’employé. La règle primordiale est donc de mettre vos propres sentiments de côté, et de protéger les intérêts de l’entreprise d’un point de vue légal. Ensuite, il faut traiter le salarié avec compassion et respect. Voici 10 choses qu’il ne faut pas lui dire :

1) « C’est quelque chose de très difficile pour moi ». Pendant que vous lui dites cela, l’employé pense : « oui, bien sûr. Et moi ? ». Si vous avez envie de parler des difficultés que vous éprouvez à le congédier, trouvez quelqu’un d’autre pour en parler. De même, ne dites pas non plus : « Ecoute, je ne sais pas comment te le dire… ». En réalité, vous savez quoi lui dire, vous êtes seulement mal à l’aise d’avoir à le dire.

2) « Nous avons décidé d’apporter des changements ». Ce type de formule ressemble aux communiqués de presse des propriétaires d’équipes de football lorsqu’ils ont décidé de changer d’entraineur. Mais vous n’êtes pas dans cette situation, donc évitez les banalités. Si vous avez bien fait votre travail, l’employé sait déjà ce que vous avez à lui dire, soyez donc aussi clair et concis que possible. Dites lui : « Marc, j’ai décidé que tu devais quitter l’entreprise ».

3) « Nous parlerons des détails plus tard ».  Pour l’employé, être renvoyé est la fin d’une étape et le début d’une autre : rassembler ses objets personnels, prendre connaissance de son solde de tous comptes. C’est votre travail de tout préparer pour que tout soit prêt au moment opportun. C’est assez difficile comme ça pour l’employé d’être licencié ; mais ne pas savoir quand la suite va arriver est humiliant pour l’employé qui ne veut plus qu’une chose : partir.

4) « Tu n’étais pas aussi efficace qu’Untel ». Ne comparez jamais l’employé avec un autre à titre de justification. Les employés doivent être licenciés parce qu’ils ne font pas un assez bon travail, ne remplissent pas leurs objectifs, ou parce qu’ils ont un comportement inapproprié.

5) « D’accord, parlons-en si tu veux. Voici pourquoi… ». Ne vous laissez jamais embarquer dans ce type de débat à allers-retours. Dites seulement : « Marc, nous pouvons en parler aussi longtemps que tu voudras, mais il faut que tu comprennes que cela ne changera pas ma décision ». Les débat de ce type n’arrangent rien pour le salarié qui se sent encore plus mal après.

Si le salarié exprime le besoin de s’exprimer, soyez professionnel et empathique, mais restez-en aux faits. Ne vous sentez pas obligé de répondre, mais écoutez-le.

6) « Tu as été un bon employé mais nous devons réduire les effectifs ». S’il s’agit réellement d’une réduction d’effectif, ne mentionnez pas ses performances et contentez-vous d’expliquer que vous devez réduire le personnel. Mais si ce n’est pas le cas, dites la vérité à l’employé pour lui permettre de comprendre ce qui s’est passé, et ne la dissimulez pas derrière de fausses excuses. Celles-ci risqueraient de se retourner contre vous si vous décidez de recruter quelqu’un pour le remplacer, il pourrait contester votre motif de licenciement aux prud’hommes.

7) « Nous savons tous les deux que tu n’étais pas heureux ici, tu seras mieux ailleurs ». Il ne vous appartient pas de juger si l’employé pourra être heureux ailleurs, c’est à lui d’en décider.

8) « Je vais te raccompagner à la porte ». Un employé licencié n’est pas un criminel, et il faut éviter de l’humilier.

9) « Nous avons décidé que tu devais quitter l’entreprise ». Dites « j’ai décidé », même si c’est le résultat d’une décision collective. A ce moment-là, vous devez représenter l’entreprise, même si vous n’en êtes vous aussi qu’un employé. Prenez-en la responsabilité.

10) « S’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour toi, fais-moi signe ». N’offrez jamais de faire des choses que vous ne pourrez pas faire (le recommander à quelqu’un d’autre ?). en revanche, offrez-lui de le renseigner sur le calcul de son solde de tous compte. 

Plus
Lire plus...
Marchés